Merci de signaler l'absence de l'image

Michel AUDIARD (1920 / 1985)

L'Encinémathèque

"C'est en écoutant Prévert que je me suis dit : il y a un langage cinématographique".

Ainsi commence l'histoire du plus célèbre dialoguiste du cinéma français d'après guerre, digne successeur de Prévert et Jeanson.

Trente années de répliques drôles, cinglantes, dérangeantes et même parfois déplacées ont fait de Michel Audiard l'homme que l'on a aimé haïr. Une haine qu'il a sans doute éprouvée envers lui-même, tant son obstination à revenir sur les heures sombres de la Libération ou de l'Épuration peuvent paraître comme le besoin de refouler le manque d'un courage qu'il eut aimé posséder. Ou encore cette préférence maintes fois affirmée de la littérature sur un cinéma auquel il a pourtant voué la plus grande partie de sa vie : «Le scénariste n'est qu'un romancier raté».

A l'issue de la lecture de 800 pages et 2 biographies, je ne sais que penser du bonhomme, si ce n'est qu'il fut loin de tout ce qu'il a montré de lui-même. Il eut fallu être de son entourage pour tenter d'y comprendre quelque chose. Ce ne fut permis qu'à quelques uns : outre sa famille, citons René Fallet, Antoine Blondin, Albert Simonin, Georges Brassens et, parmi les rares acteurs, Jean Carmet, Maurice Biraud, Bernard Blier et André Pousse.

Alors, il nous reste les dialogues. Et c'est déjà beaucoup : n'attendez pas que l'on examine en détail tous les films auxquels il participa. D'autant que pour certains («La Bande à Papa», «Sale Temps pour les Mouches» …), il ne servit pratiquement que de prête-nom.

A l'abri de ses flèches assassines, puisqu'il s'est tu depuis vingt ans, dans un dossier plus lourd que d'habitude, je vais tenter bien humblement de vous «… faire voir qui c'est Raoul !»

T09 - Michel Audiard, "un vieux loup des mots" …

biographie filmographie portraits affiches article audio on/off

Galerie de portraits

(Cliquez sur les images / Hit on the pictures : Pinchar a los imagen)

1

2

3

4

(Ed.5.2.5 : 6-6-2011)