Merci de signaler l'absence de l'image

M. EINE STADT SUCHT EINEN MÖRDER

("M", le Maudit)

de Fritz Lang - Allemagne, 1931

présentation presse projection  
La petite histoire

«M le maudit» est le premier film parlant du réalisateur allemand Fritz Lang qui coupe tout lien avec la maison de production UFA pour une compagnie indépendante, Nero Film, dirigée par le producteur Seymour Nebenzal.

Fritz Lang : "J’ai rencontré un soi disant producteur indépendant avec lequel je n’aurais habituellement pas parlé. Il voulait que je fasse un film pour lui. Je lui ai dit de me laisser et que je ne voulais plus en faire. Il est revenu plusieurs fois pendant neuf mois. Je lui ai finalement donné mon accord mais qu’à la seule condition qu’il s’occupe seulement de donner de l’argent, qu’il n’ait aucun droit de regard sur le sujet, sur le scénario, sur les acteurs et qu’il ne pourra faire aucune coupe une fois le film bouclé. Il a donc été d ’accord. Autrement, « M le maudit »n’aurait jamais existé. J’en avais assez des grosses productions telles que Metropolis, etc. Je voulais une oeuvre plus personnelle, qui aborde un seul être humain, un seul fléau social."

Fritz Lang et la scénariste Thea Von Harbou , qui est aussi son épouse, s’attachent à une sombre histoire qui provient d’un fait d’époque avec l’affaire dite du “Vampire de Dusseldorf”, un meurtrier en série arrêté au tout début des années 30 après avoir perpétré plusieurs assassinats d’enfants.

Fritz Lang : « J’ai longuement mûri ce sujet…Et je l’ai réalisé en pensant qu’il avait une valeur d’ordre général. On peut prévenir le mal en le montrant. Il y a eu un cas qui a démontré que le problème pouvait se poser. Je veux parler de celui de Kuerten ( Le vampire de Dusseldorf). Mon film était conçu avant qu’il n’ait été découvert. Bien des choses prévues pour le film se sont trouvées réalisées. Je n’ai personnellement emprunté que certains détails à la réalité, celui par exemple de la pègre décidée à supprimer l’homme gênant pour son travail. »

«Morder unter uns» (Des meurtriers parmi nous) est le titre annoncé par la presse juste avant le tournage. Lang dut subir quelques pressions du parti nazi qui se sentait directement visé. Il commença donc le tournage sous un autre titre : «Eine stadt sucht einen morder» (littéralement, "une Ville cherche un meurtrier") .

Par soucis d’authenticité, Lang n’hésita pas à se rendre dans les bas quartiers peu fréquentables et utilisa directement des gens de la pègre comme figurants: « Je traînais souvent à Alexanderplatz ( Berlin) et j’ai donc rencontré beaucoup de criminels. Je leur ai demandé s’ils acceptaient d’être dans un de mes films…J’ai eu vingt-quatre arrestations dans le personnel qui figurait dans mon film ! Et ceci au cours des rafles. » 

Il fit appel à Peter Lorre, un jeune comédien d’origine hongroise encore inconnu à l’époque, pour tenir le rôle du meurtrier.

Fritz Lang : "J’ai essayé de trouver un acteur dont personne n’aurait cru qu’il pouvait être un assassin. Et j’ai trouvé Peter Lorre. Il travaillait dans un théâtre ou il improvisait les textes. Personne ne croirait qu’un homme avec le physique de Lorre commettrait d’affreux meurtres."

 Pendant la période de tournage de «M le maudit», Peter Lorre monte parallèlement sur les planches chaque soir pour interpréter «Homme pour homme», une pièce de Bertold Brecht.

Peter Lorre : "C’est la première fois que je tourne. J’avais jusqu'à présent fait du théâtre, en particulier avec Bert Brecht, et c’est à Fritz Lang que je dois d’avoir abordé le cinéma. Ce rôle m’a considérablement intéressé. Il était très difficile à interpréter… J’ai joué mon personnage comme je le sentais… En tout cas, c’est fini, je n’interpréterai plus un rôle de ce genre. Finie l’expérience pathologique !"

Paradoxalement, de retour en Allemagne quelques années plus tard, il passa à la réalisation d’un film intitulé « der Verlorene / un Homme perdu » (1951) où il se diriga lui-même et dont l’atmosphère n’était pas sans rappeler « M le maudit ».

Très belle photographie du chef opérateur Fritz Arno Wagner, considéré parmi les meilleurs de sa génération. Il travailla avec les plus grands réalisateurs, dont Ernst Lubitsch, Lupu Pick, G.W.Pabst et F.W. Murnau. Ce fut sa troisième et avant dernière collaboration avec Fritz Lang.

Le réalisateur fit également appel au très talentueux décorateur allemand Emil Hasler qui avait déjà collaboré avec lui dans son précédent film « Die frau im mond / la Femme sur la Lune » (1929). En 1930, il créa le décor du cabaret de « Der blaue angel / l’Ange bleu » de Josef Von Sternberg.

Peter Lorre, qui était Juif, dût fuir l'Allemagne dans la crainte de la persécution nazie . Fritz Lang fit de même après avoir terminé« le Testament du docteur Mabuse » en 1933, un film qui est, de la bouche même de son auteur, une allégorie destinée à montrer les procédés terroristes utilisés par Hitler.

Le film fit un grand triomphe en Allemagne, mais en juillet 1934 , le ministre de la propagande Goebbels décida d’interdire la projection de «M». L’ oeuvre de Lang fut aussi interdite en Italie.

« M le maudit » sorti en France en avril 1932 et resta quelques semaines à l’affiche.

Fritz Lang : « Je déteste montrer la violence. Je l’ai fait dans un ou deux films. Je ne pouvais pas montrer des exemples de ce que l’assassin faisait à un enfant. Cela aurait été de mauvais goût. Ainsi, chaque membre du public pouvait penser à la chose la plus atroce selon son imagination. Par conséquent, le public collabore avec moi. »

Sources : Documents personnels, plusieurs images glanées çà et là, dans divers ouvrages ou sur la toile, au cours de nombreuses années de vagabondage, et dont je n'ai pas toujours gardé trace de l'origine.

Fernand Cabrelli, février 2008
Ed.5.2.1 : 23-6-2010