Merci de signaler l'absence de l'image

Veit HARLAN (1899 / 1964)

L'Encinémathèque

Si Leni Riefenstahl tourna, sous la protection de Hitler et loin des atteintes de son ministre de la propagande, des images proches de sa sensibilité, Veit Harlan nous apparaît, bien au contraîre, comme le serviteur docile d'un homme qu'il qualifia lui-même de diabolique, le Dr. Josef Goebbels.

Depuis longtemps, je souhaitais, m'appuyant sur son autobiographie, vous narrer la vie et la carrière de ce réalisateur maudit. Mais, n'ayant pas la science de l'Histoire et les moyens de mener une enquête contradictoire, j'hésitais sur la façon de procéder.

J'ai finalement choisi de laisser la parole à l'intéressé lui-même et le jugement final à votre perspicacité. Solution de facilité, sans doute, mais également d'humilité. Quelle que soit la véracité des faits, je me suis attaché à ne pas trahir les propos de leur auteur, ne cherchant jamais à les contredire, même lorsque ils ont pu m'irriter, ou à les compléter. A cet effet, pour les phrases les plus importantes, je me suis attaché à reproduire les mots de la traduction française.

Enfin, j'encourage tous les lecteurs à se procurer, s'ils le peuvent, l'autobiographie écrite en 1962 par Veit Harlan et publiée en France aux éditions France-Empire en 1974, «Le Cinéma Allemand selon Goebbels». Cet ouvrage, dont le présent dossier se veut un fidèle résumé, constitue par ailleurs un témoignage édifiant sur la personnalité du Dr. Goebbels, qui n'est pas le sujet de ce travail.

Le web-maître, Christian Grenier

R28 - Moi, Veit Harlan, l'Oeil de mon Maître …

biographie filmographie portraits affiches article audio on/off

Galerie d'affiches

(Cliquez sur les images / Hit on the pictures / Pinchar a los imagen)

1936

1936

1937

1940

1942

1951

1953

1954

(Ed.5.2.2 : 12-12-2009)