SIAMO DONNE

Galerie N° 29 : "Amadeus"

Vous ne l'ignorez pas, on fête cette année le 250ème anniversaire de la naissance de Mozart.

Lorsqu'on demande au grand public le titre d'un film traitant du grand compositeur, c'est sans doute «Amadeus» de Milos Forman qui vient le plus facilement à l'esprit. Pourtant, ce n'était pas la première fois que le cinéma s'intéressait à ce génie.

A travers leurs actrices principales, je vous invite à découvrir quatre autres productions plus anciennes dont la figure centrale était déjà Mozart.

Il s'agit de :

N'étant pas une spécialiste de Mozart, je ne peux pas vous dire si la comtesse Eugénie du film de 1939 est un personnage fictif ou non. Il est en outre probable que les Annie Gottlieb et Suzi Gerl du film de 1955 soient sorties de l'imagination des scénaristes. Par contre, Constance, Aloysa et Sofia Weber ainsi que Anna Maria et Nannerl/Nannina Mozart ont réellement existé.

Marlène Pilaete, avril 2006

Jone Salinas

Jone SALINAS (1918 / 1992)

icone

 

Après être passée par le "Centro Sperimentale di Cinematografia", une école dont sortiront bon nombre d'acteurs de l'époque, Jone Salinas (née à Reggio di Calabria, Italie) débute à l'écran en 1940.

Elle ne tarde pas à se faire remarquer, notamment dans «Melodie Eterne» (1940), et obtient son premier grand rôle dans «L'ultimo combattimento» (1941).
     Devenue une vedette, elle est ensuite l'interprète de, entre autres, «Soltanto un bacio» (1942), «Gioco pericoloso» (1942), «Senza una donna» (1943), «La danza del fuoco» (1943), …

Après-guerre, elle continue sa carrière avec des films comme «Vertigine d'amore» (1948), «In nome della legge» (1949) ou encore «Due sorelle amano» (1950).
     On la voit aussi dans la production britannique «A Man About the House» (1947) et elle figure au générique du film français «Ruy Blas» (1947).

Après 1950, elle tourne beaucoup moins et fait sa dernière apparition au cinéma en 1964.

Marlène Pilaete & W.A. Mozart (Fantaisie N° 40 / K550, 3e mvt)
(Ed.6.1.1 : 14-4-2013)