SIAMO DONNE

Galerie N° 21 : "Ces sacrées gamines …"

Dès les débuts du star-system, l'industrie cinématographique a compris l'attrait que représentaient les enfants pour le public et s'est mise à employer régulièrement petits garçons et petites filles.

Voici une sélection, non exhaustive, d'actrices en herbe qui ont charmé les spectateurs d'antan.

Devenues vedettes durant leur enfance ou leur adolescence, elles ont toutes un point commun, celui d'avoir tenté de poursuivre leur carrière en devenant des jeunes femmes.

Vous le verrez, les résultats furent variables, certaines réussissant sans problème, d'autres devant se résoudre à voir leur statut d'étoile s'évanouir.

Pour chaque artiste, j'ai choisi dans ma collection deux cartes : l'une datant de sa première période de succès, l'autre la montrant en version plus mûre.

 

Marlène Pilaete, juillet 2005

Le curseur de la souris sur l'image arrête l'alternance

Elizabeth TAYLOR (1932 / 2011)

Elizabeth Taylor

 

Elizabeth Taylor (née à Londres, Grande-Bretagne, de parents américains) arrive aux U.S.A. en 1939 et débute à l'écran en 1942.

Elle devient une enfant-star grâce à «National Velvet» (1944).
On la voit ensuite dans, entre autres, «Courage of Lassie» (1946), «Cynthia» (1947), «A Date With Judy» (1948), «Little Women» (1949), …

Etant devenue une superbe jeune femme, elle accède sans problème au rang de vedette adulte et, au fil des ans, s'affirme comme une des étoiles les plus brillantes de Hollywood.
  Elle est notamment l'interprète de «Father of the Bride» (1950), «A Place in the Sun» (1951), «Ivanhoe» (1952), «Rhapsody» (1954), «Giant» (1956), «The Raitree County» (1957), «Cat on a Hot Tin Roof» (1958), «Suddenly Last Summer» (1959), «Cleopatra» (1963), «The Taming of the Shrew» (1967), «Reflections in a Golden Eye» (1967), …

Elle remporte en outre l'Oscar de la meilleure actrice pour «Butterfield 8» (1960) et «Who's Afraid of Virginia Woolf» (1966).

Elizabeth Taylor ne fait pas parler d'elle que par sa carrière et mène une vie privée assez agitée.
  1950 est l'année de son premier mariage et sept autres suivront, dont deux avec Richard Burton, son partenaire dans plusieurs films.

A la fin des années 60, sa popularité au box-office est en déclin.
  La plupart des rôles qu'elle tient par la suite au cinéma et à la télévision confirment que sa grande période est passée.
  Mais elle ne sombre pas pour autant dans l'oubli et reste une personnalité en vue, notamment par son engagement dans la lutte contre le sida.

Marlène Pilaete
(Ed.6.1.1 : 15-3-2013)