SIAMO DONNE

Galerie N° 13 : "Fumée blonde"

A une époque où la cigarette est mise à l'index, on peut se souvenir d'un temps où elle était un accessoire très utilisé par les photographes portraitistes des stars.

Même si, comme moi, on n'a jamais fumé, on peut malgré tout reconnaître que la présence d'une cigarette (parfois placée au bout de cet objet tombé en désuétude, le fume-cigarettes) apporte une certaine aura de sophistication et de séduction aux actrices présentées.

Certaines en acquièrent même carrément un côté "vamp", ce qui était sans doute le but recherché.

Je vous laisse maintenant admirer les cartes que j'ai choisies, en espérant que la fumée qui s'en dégage ne vous monte pas à la tête : Marguerite Churchill, Jose Collins, Josette Day, Mary Duncan, Ketty Gallian, Julie Harris, Hildegard Knef, Barbara Laage, Antonella Lualdi, Miroslava, Marika Rokk, Anna Sten, Sandra Storme, Ingeborg Von Kusserow.

Marlène Pilaete, octobre 2004

Anna Sten

Anna STEN (1908 / 1993)

icone

 

Vedette du cinéma soviétique de la seconde moitié des années 20, Anna Sten (née à Kiev, Ukraine) est notamment l'interprète de «Devushka s korobkoj» (1927), «Moj syn» (1928), «Belyj oryol» (1928) ou encore «Zolotoj klyuv» (1929).

Elle part ensuite en Allemagne où elle s'impose rapidement parmi les stars de l'époque.
  On la voit alors dans «Lohnbuchhalter Kremke» (1930), «Der Mörder Dimitri Karamasoff» (1931), «Bomben auf Monte Carlo» (1931), «Salto Mortale» (1931) et «Stürme der leidenschaft» (1932).

Le producteur Sam Goldwyn s'intéresse bientôt à elle et la fait venir aux États-Unis dans l'espoir d'en faire l'égale de Greta Garbo et de  Marlene Dietrich.
  Son premier film américain, «Nana» (1934) fait l'objet d'un grand battage publicitaire mais ne remporte pas le succès escompté.

Elle tourne ensuite «We Live Again» (1934) et «The Wedding Night» (1935) qui ne lui permettent toujours pas de s'imposer auprès du public américain.

Elle part alors en Angleterre pour être la protagoniste de «A Woman Alone» (1936) qui ne relance pas sa carrière.

De 1939 à 1962, elle apparaît encore, sans coup d'éclat particulier, dans une dizaine de productions américaines.

Marlène Pilaete
(Ed.6.1.2 : 15-2-2013)