SIAMO DONNE

Galerie N° 13 : "Fumée blonde"

A une époque où la cigarette est mise à l'index, on peut se souvenir d'un temps où elle était un accessoire très utilisé par les photographes portraitistes des stars.

Même si, comme moi, on n'a jamais fumé, on peut malgré tout reconnaître que la présence d'une cigarette (parfois placée au bout de cet objet tombé en désuétude, le fume-cigarettes) apporte une certaine aura de sophistication et de séduction aux actrices présentées.

Certaines en acquièrent même carrément un côté "vamp", ce qui était sans doute le but recherché.

Je vous laisse maintenant admirer les cartes que j'ai choisies, en espérant que la fumée qui s'en dégage ne vous monte pas à la tête : Marguerite Churchill, Jose Collins, Josette Day, Mary Duncan, Ketty Gallian, Julie Harris, Hildegard Knef, Barbara Laage, Antonella Lualdi, Miroslava, Marika Rokk, Anna Sten, Sandra Storme, Ingeborg Von Kusserow.

Marlène Pilaete, octobre 2004

Antonella Lualdi

Antonella LUALDI (1931)

icone

 

Après n'être apparue furtivement que dans un film, Antonella Lualdi (née à Beyrouth, Liban, de père italien et de mère grecque) est choisie pour tenir le rôle principal de «Signorellina» (1949) qui en fait une star du cinéma italien.

Par la suite, elle tourne beaucoup pour celui-ci, mais aussi à plusieurs reprises pour le cinéma français.

Elle est l'interprète de, entre autres, «Canzoni per le strade» (1949), «E piu facile che un cammello …» (1950), «Ha fatto tredici» (1951), «Adorables créatures» (1952), «La cieca di Sorrento» (1952), «Perdonami» (1953), «Cronache di poveri amanti» (1954), «Le rouge et le noir» (1954), «Gli innamorati» (1955), «I giorni piu belli» (1956), «Méfiez-vous fillettes» (1957), «Giovani mariti» (1958), «A double tour» (1959), «J'irai cracher sur vos tombes» (1959), «La notte brava» (1959), «I delfini» (1960), «Arrivano i Titani» (1961), «Il disordine» (1962), «Hong Kong, un addio» (1963), «Amore mio» (1964), «Le repas des fauves» (1964), «Su e giu» (1965), …

Elle forme dans plusieurs de ses films un charmant couple avec Franco Interlenghi, qu'elle épouse en 1955.

Dans la seconde moitié des années 60, la qualité des films qu'on lui propose diminue et, dès le début des années 70, elle travaille moins pour le grand écran.
  On peut toutefois noter sa présence dans «Vincent, François, Paul… et les autres» (1974) de Claude Sautet.

Elle connaît en outre une certaine activité à la télévision et est notamment une des interprètes de la populaire série française «Les Cordier, juge et flic».

Marlène Pilaete
(Ed.6.1.2 : 15-2-2013)