SIAMO DONNE

Galerie N° 8 : "Elles avaient toutes de beaux yeux, tu sais …"

Né le 17 mai 1904, Jean Gabin aurait eu 100 ans ce mois-ci.

J’ai voulu rendre hommage à ma façon à cette inoubliable figure du cinéma français.

Quelques-unes de ses partenaires féminines ont déjà été mises à l’honneur dans ma rubrique : Brigitte Helm, Ellen Drew, Danielle Darrieux, Jeanne Boitel et Mona Goya. Aujourd’hui, je vous en présente douze autres, qui ont comme point commun d’avoir tourné au moins deux fois avec lui.

Voici leurs noms, suivis des titres des films dans lesquels elles ont côtoyé le grand acteur. Notez toutefois que, dans «Zouzou», Viviane Romance ne fait que passer et que dans «La Bandera», elle ne tient qu’un petit rôle.

Voici les éléments de cette sélection :

  • Josselyne Gaël : «Tout ça ne vaut pas l’amour» (1931) et «Coeurs joyeux» (1931).
  • Madeleine Renaud : «La belle marinière» (1932), «Le tunnel» (1933), «Maria Chapdelaine» (1934), «Remorques» (1940), «Le plaisir» (1951).
  • Annabella : «La bandera» (1935) et «Variétés (1935)».
  • Viviane Romance : «Zouzou» (1934), «La bandera» (1935), «La belle équipe» (1936) et «Mélodie en sous-sol» (1963).
  • Mireille Balin : «Pépé le Moko» (1936) et «Gueule d’amour» (1937).
  • Michèle Morgan : «Quai des brumes» (1938), «Le récif de corail» (1938) , «Remorques» (1940) et «La minute de vérité» (1952).
  • Arletty : «Le jour se lève» (1939) et «L’air de Paris» (1954).
  • Nicole Courcel : «La Marie du port» (1949) et «Le cas du Dr Laurent» (1956).
  • Madeleine Robinson : «Leur dernière nuit» (1953) et «Le gentleman d’Epsom» (1962).
  • Françoise Arnoul : «French cancan» (1954) et «Des gens sans importance» (1955).
  • Danièle Delorme :: « Voici le temps des assassins» (1955) et «Les misérables» (1957).
  • Nadja Tiller : «Le désordre et la nuit» (1958) et «Du rififi à Paname» (1966).
Marlène Pilaete, mai 2004

Madeleine Robinson

Madeleine ROBINSON (1917 / 2004)

icone

 

Madeleine Robinson (née à Paris, France) débute à l'écran en 1934 et devient à partir de 1936 une vedette du cinéma français.

Dotée d'un grand talent et sachant évoluer avec l'âge, elle connaît dès lors un long parcours cinématographique qui s'étendra jusqu'aux années 90.
  Elle mène en outre une brillante carrière au théâtre, auquel elle accorde sa préférence.

Parmi ses films, on peut citer, entre autres, «Le Mioche» (1936), «L'Innocent» (1937), «Grisou» (1938), «Tempête sur l'Asie» (1938), «Lumière d'été» (1942), «Douce» (1943), «Sortilèges» (1944), «Le Fugitif» (1946), «Les Chouans» (1946), «Les Frères Bouquinquant» (1947), «La Grande Maguet» (1947), «Une si jolie petite plage» (1948), «Entre onze heures et minuit» (1949), «Le Garçon sauvage» (1951), «Minuit, Quai de Bercy» (1952), «Leur dernière nuit» (1953), «L'Affaire Maurizius» (1953), «Les Possédées» (1955), «Les Louves» (1957), «A double tour» (1959), «Léviathan» (1961), «Le Procès» (1962), mis en scène par Orson Welles, «La Salamandre d'or» (1962), «El Juego de la verdad» (1964), réalisé en Espagne, «Le Voyage du père» (1966), «Le Petit matin» (1970), «Une Histoire simple» (1978), «J'ai épousé une ombre» (1982), «Camille Claudel» (1988) ou encore «L'Ours en peluche» (1993).

Marlène Pilaete
(Ed.6.1.1 : 31-1-2013)