SIAMO DONNE

Galerie N° 7 : La galerie d'Éric Meunier

Il y a deux mois, j’invitais les visiteurs de l’Encinémathèque à me communiquer les noms d’actrices qu’ils aimeraient voir figurer dans ma rubrique mensuelle. Jusqu’à présent, deux internautes m’ont fait parvenir leurs listes.

Voici les éléments de cette sélection : Renée Adoree, Clara Bow, Claudia Cardinale, Lillian Gish, Veronica Lake, Myrna Loy, Colleen Moore, Musidora, Edna Purviance, Gene Tierney, Pearl White et Fay Wray.

Vous allez découvrir aujourd’hui la très intéressante sélection d’Éric Meunier, qui fait notamment la part belle au cinéma muet, qu’il apprécie beaucoup.

Quel plaisir pour moi, grâce à ses choix, de pouvoir par exemple rendre hommage à Clara Bow, qui figure aussi dans mon panthéon personnel. J’en profite pour remercier ici Eric de ses compliments sur mon travail. Que celui-ci soit apprécié par des passionnés est une belle récompense.

Je terminerai en lançant ce message aux autres cinéphiles surfant sur ce site : ne soyez pas timides et envoyez-moi aussi vos suggestions.

Marlène Pilaete, avril 2005

Gene Tierney

Gene TIERNEY (1920 / 1991)

icone

 

Gene Tierney (née à Brooklyn, U.S.A.) débute à l’écran dans le rôle féminin principal de «The Return of Frank James» (1940).

Elle devient rapidement une star et est notamment la vedette de «Sundown» (1941), «The Shanghai Gesture» (1941), «Belle Starr» (1941), «China Girl» (1942), «Heaven Can Wait» (1943), «Laura» (1944), qui augmente sa notoriété, «Leave Her to Heaven» (1945), «The Razor’s Edge» (1946), «The Ghost and Mrs Muir» (1947), «Whirlpool» (1949), «Night and the City» (1950), «Where the Sidewalk Ends» (1950), «On the Riviera» (1951), «Never Let Me Go» (1953), «The Egyptian» (1954), …

A partir de 1952, l’actrice commence à se rendre compte que certains troubles nerveux affectent son comportement.

Après avoir terminé le tournage de «The Left Hand of God» (1955), elle sombre dans la dépression et son état mental suscite de vives inquiétudes.

Elle subit alors des internements dans des cliniques psychiatriques.

A la fin des années 50, ayant retrouvé un certain équilibre, elle quitte enfin l’univers hospitalier.

Elle fait son retour dans un second rôle dans «Advise and Consent» (1962).

Par la suite, elle tourne deux films en 1963 et 1964 et apparaît encore dans un téléfilm en 1969 et une mini-série télévisée en 1980.

Marlène Pilaete
(Ed.6.1.1 : 28-1-2013)