SIAMO DONNE
Merci de signaler l'absence de l'image

Galerie N° 5 : "Deux nigauds chez Vénus"

Le thème de ce mois de février 2004 est un peu particulier …

J'ai demandé à André Siscot et à Christian Grenier, créateurs respectifs des sites "Les Gens du Cinéma" et "L'Encinémathèque" de choisir chacun cinq stars à mettre à l'honneur.

André a sélectionné, parmi ses actrices préférées, Danielle Darrieux, Doris Day, Olivia De Havilland, Virginia Mayo et Maureen O'Hara.

Christian a voulu vous faire découvrir (ou redécouvrir) cinq vedettes un peu oubliées du cinéma français des années 30 : Jeanne Aubert, Jeanne Boitel, Marcelle Chantal, Marie Glory et Mona Goya.

Après concertation, ils ont intitulé avec humour le fruit de leur collaboration «Deux nigauds chez Vénus».

Il ne me restait plus qu'à me plonger dans ma collection de cartes postales anciennes afin d'illustrer leur choix et à rédiger les notices biographiques. Je vous invite à voir le résultat …

Si cela donne des idées à certains d'entre vous, ami(e)s cinéphiles, n'hésitez pas à me communiquer les noms de certaines actrices que vous aimeriez voir figurer dans ma rubrique. J'examinerai avec attention vos suggestions.

Marlène Pilaete, février 2004

Mona Goya

Mona GOYA (1909 / 1961)

icone

 

Mona Goya (née à Mexico, Mexique) débute à l’écran en 1928 et devient rapidement une vedette du cinéma français.

Elle est l’interprète de, entre autres, «Chérie» (1930), «Amour et discipline» (1931), «Coiffeur pour dames» (1931), «L’Ane de Buridan» (1932), «La Banque Nemo» (1934), «Cavalerie légère» (1935), «Jonny, haute couture» (1935), «Les Femmes collantes» (1938), «Feux de joie» (1938), …

Elle est également à trois reprises la partenaire de Fernandel dans «Josette» (1936), «François Ier» (1937) et «Ernest le rebelle» (1938).

Elle tourne en outre en Angleterre «The Lady from the Sea» (1929), «The Price of Things» (1930), «The Flame of Love» (1930) qui est également réalisé en version française sous le nom de «Haï-Tang», «Not so Quiet on the Western Front» (1930), «Juggernaut» (1936) et «Clothes and the Woman» (1937).

Elle apparaît aussi dans quelques versions françaises, produites à Hollywood, de films américains («Big House» (1930), «Buster se marie» (1931), «Soyons gais» (1931), …

A partir de 1940, c’est principalement comme second rôle qu’elle poursuit sa carrière et on peut encore la voir dans, notamment, «Le Capitaine Fracasse» (1942), «La Malibran» (1943), «Mandrin» (1947), «Gibier de potence» (1951), «Le Portrait de son père» (1953), «Le Désert de Pigalle» (1957), «Babette s’en va-t-en-guerre» (1959) ou encore «Les Vieux de la vieille» (1960).

Marlène Pilaete
(Ed.6.1.1 : 25-1-2013)