L'ENCINEMATHEQUE

Encyclopédie du cinéma des origines à nos jours

La bibliothèque de L'Encinématheque

Sara ALLGOOD (1883 / 1950)

Sara Allgood

Actrice américaine d'origine irlandaise, née le 15 octobre 1879, à Dublin (Irlande). Décédée le 13 septembre 1950, à Woodland Hills, Californie.

Cette Irlandaise, née au XIXème siècle, arriva au cinéma par hasard. Issue de la calsse ouvrière de Dublin, elle rejoint, à l'aube du XXème siècle, la Irish National Theatre Society, puis intègre la troupe de l'Abbey Theatre. Elle apparaît pour la première fois sur les planches en 1903, dans «King's Threshold».

En 1916, elle épouse son partenaire Gerald Henson. Alors que le couple effectue une tournée théâtrale en Australie, 'Sally' est engagée pour tenir le rôle-titre d'un film local, «Just Peggy». Entre novembre 1917 et janvier 1918, elle perd successivement son mari et leur fille, qu'elle venait de mettre au monde.

Se consacrant exclusivement à son métier, elle connut au moins deux succès “historiques” dans les pièces «Juno and the Paycock» et «The Plough and the Stars».

Elle a une douzaine d'années d'expérience lorsqu'elle fait ses premiers pas devant une caméra dans «Chantage» (1929) d'Alfred Hitchcock : actrice de théâtre, il lui fallait attendre que le cinéma parlât. Le même réalisateur lui confie le rôle principal de «Juno and the Paycock» (1930), qui marque également les débuts de sa soeur, l'actrice Maire O'NeillMaire O'Neill.

A une époque où, envahi par les productions hollywoodiennes, le cinéma britannique est au creux de la vague, elle traverse les années trente sans laisser de souvenir impérissables. Citons tout de même sa troisième et dernière participation à l'univers de ce brave AlfredAlfred Hitchcock (période "espionnage"), «Sabotage/Agent secret» (1936), sa composition de celle par qui le scandale arrive, une vieille vendeuse de glace séparée de son gentil toutou, dans «Storm in a Tea Cup» (1937), et «Lady Hamilton» (1941) du très peu “british” Alexander Korda.

En 1940, Sally présente une nouvelle fois Juno en tournée aux Etats-Unis. Soupçonnant des perspectives enrichissantes, elle décide de s'installer à Hollywood, comme bon nombre de ses concitoyens britanniques (David NivenDavid Niven, Laurence OlivierLaurence Olivier, Vivien LeighVivien Leigh, George SandersGeorge Sanders…) et finira par adopter la nationalité américaine (1945). Bien lui en prend, car son incarnation de la mère des quatre fils Morgan dans l'adaptation que fait John Ford du roman irlandais de Richard Llewellyn, «Qu'elle était verte ma vallée» (1941), reste encore dans toutes les mémoires de cinéphiles.

Mais le reste ne sera pas à la hauteur de ses espérances et l'artiste regrettera d'avoir prostitué son talent. Certes, on relève de grands titres à l'énoncé de sa (trop courte) filmographie : «Dr.Jekyll et Mr. Hyde» de Victor Fleming (1941), «Jane Eyre» de Robert Stevenson (1944), ou encore «Cluny Brown/La folle ingénue» d'Ernst Lubitsch, mais elle s'y montre trop fréquemment employée dans un rôle récurrent de servante irlandaise et autoritaire.

Au mitan des années quarante, elle donne encore quelques compositions intéressantes dans deux histoires de “serial killers”, «The Lodger» (1944), une des nombreuses déclinaisons du mystère – à ce jour non élucidé – de Jack l'éventreur personnifié par un Laird Cregar des plus inquiétants, et «The Spiral Staircase/Deux mains, la nuit» (1945), du spécialiste émigré Robert Siodmak.

On ne sera pas surpris de sa présence dans «The Wild Irish Rose/Rose irlandaise» de David Butler (1947). Engagée dans «Treize à la douzaine» pour ce qui sera son dernier film important (1949), elle écrit au critique Gabriel Fallon : "Le salaire est réduit au strict minimum, mais cela est de peu d'importance : c'est une activité et c'est le principal".

En 1950, ayant développé la "maladie de Bright" (insuffisance rénale), elle est victime d'une attaque cardiaque et décède dans la solitude et une certaine pauvreté.

Christian Grenier

Survolez les icones de la colonne   pour accéder aux éventuelles photos.

Cliquez sur les icones de la colonne   pour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the icons of the column   to reveal the pictures.

Click on the icons of the column   to reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11937STORM IN A TEACUP (Tempête dans une tasse de thé)
21941THAT HAMILTON WOMAN (Lady Hamilton)
31941HOW GREEN WAS MY VALLEY (Qu'elle était verte ma vallée)
41941DOCTOR JEKYLL AND MR.HYDE (Docteur Jekyll et Mister Hyde)
51942ROXIE HART (La folle histoire de Roxy Hart)
61942IT HAPPENED IN FLATBUSH
71942THE WAR AGAINST Mrs.HADLEY
81942LIFE BEGINS AT EIGHT-THIRTY (La vie commence à 8h30)
91943CITY WITHOUT MEN (La cité sans hommes)
101944JANE EYRE
111944THE LODGER (Jack l'éventreur)
121945KITTY (La duchesse des bas fonds)
131945THE SPIRAL STAIRCASE (Deux mains, la nuit)
141946CLUNY BROWN (La folle ingénue)
151947MOTHER WORE TIGHTS
161947MY WILD IRISH ROSE (Rose d'Irlande)
171947IVY (Le crime de Madame Lexton)
181947THE FABULOUS DORSEYS
191949CHEAPER BY THE DOZEN (Treize à la douzaine)
L'Encinémathèque
Ed.7.1.1 : 30-6-2015